Bouge : un parc d’activité dédié à la santé et au vieillissement de la population

Le BEP a pour projet de développer un nouveau parc d’activité sur 13 hectares à Bouge. Dans la lignée des parcs les plus récents (Ecolys® par exemple, ciblé sur la filière écoconstruction), la logique de la spécialisation des parcs d’activité se poursuit. Pour Bouge, le choix s’est porté sur la thématique de la santé et, plus précisément, des produits et services liés au vieillissement de la population, au terme d’une réflexion de fond sur le positionnement de Namur, la présence d’acteurs clés du secteur et les perspectives en matière de développement économique de cette filière. Le parc se dénommera Care-YS.

Genèse du projet et timing

Le projet de Bouge est inscrit au Schéma de Structure de la Ville de Namur depuis avril 2012. Il concerne la création d’un parc d’activité économique mixte, de type urbain, sur une superficie de 13 hectares, le long de la Chaussée de Louvain et dans le prolongement de l’urbanisation existante et en cohérence avec celle-ci. Les premières études urbanistiques et techniques en vue de sa concrétisation ont débuté. L’avant-projet de plan communal d’aménagement, élaboré par le BEP, a été approuvé par le conseil communal en novembre. Les Arrêtés ministériels (en matière urbanistique et sur la reconnaissance économique)  sont attendus  fin 2018. Les travaux d’infrastructures pourraient alors débuter dès 2019 et les premières entreprises s’installer dès 2020.

Un parc, une spécialisation

Aujourd’hui, les nouveaux parcs sont spécialisés d’autant qu’ils sont de plus petite taille. Les parcs généralistes font progressivement place à des parcs « sectoriels ».  Les parcs récents sont également porteurs d’un projet de territoire global. C’est dans cette double perspective que le BEP a mené, en partenariat avec la Ville de Namur, une réflexion sur la future thématique du parc. Une étude a été lancée afin d’étudier le positionnement de Bouge comme parc d’activité dédié à la santé.  L’idée s’appuie sur la présence d’acteurs majeurs du secteur (hôpitaux, mutualités, universités et centres de recherche, entreprises de pointe) et la volonté affichée de la Ville de Namur de se positionner, en tant que « smart city », sur les nouveaux modes de vie urbains.

Les résultats de cette étude ainsi que les contacts avec de nombreux acteurs régionaux et locaux (la Ville et le CPAS de Namur, la Province de Namur, Créagora, l’Université de Namur, le Smart Gastronomy Lab de Gembloux, les hôpitaux namurois, des entrepreneurs privés, des associations médico-sociales,…) ont permis au BEP d’affiner le positionnement stratégique sur les services liés au vieillissement de la population.

L’enjeu lié au vieillissement de la population

Le vieillissement de la population est une filière stratégique car elle touche directement à la transformation de la société (les plus de 65 ans représenteront plus de 20% de la population en 2030) mais également à l’évolution des biens et services qui découlent de cette mutation. L’enjeu est donc à la fois sociétal et économique afin de permettre à une population vieillissante de vivre dignement tout en permettant à l’économie marchande de répondre aux besoins de cette population. Par ailleurs, la santé est le 5ème secteur le mieux représenté en Province de Namur, en nombre d’employeurs et d’employés. Ce qui conforte également le choix de cette thématique par rapport au tissu économique existant.

Vers un plan stratégique opérationnel « Silver Economie »

Le projet Care-YS a été présenté récemment aux partenaires potentiels du développement du parc comme les mutualités, les hôpitaux, les associations de soins et d’assistance aux personnes mais aussi aux acteurs universitaires comme l’UNamur (et les acteurs académiques de la recherche en matière d’innovation), Gembloux Agro Bio Tech (et notamment les chercheurs dans le domaine de la nutrition) et l’UCL qui développe  un projet de test « grandeur nature » à Louvain-la-Neuve sur les services, outils et usages à développer autour du vieillissement de la population.

Les entreprises namuroises actives dans le secteur de la santé ont également pu découvrir le projet Care-YS et une dizaine de marques d’intérêt ont pu être identifiées.

Pour opérationnaliser le projet,  un consultant anime plusieurs groupes de travail visant à définir les nouveaux services à offrir aux entreprises, l’indentification des recherches pertinentes au sein des universités, les nouvelles activités à développer en lien avec le secteur hospitalier (mutualisation de services et d’équipement), le modèle d’un incubateur pour start-ups.  La commercialisation du parc sera ainsi basée sur une politique territoriale orientée « Silver Economie » adaptée aux besoins locaux. Plusieurs exemples à l’étranger sont inspirants à cet égard : Silver Normandie à Colombelles, Silver Valley à Ivry-sur-Seine, le Canton du Vaud en Suisse ou encore le projet Mutua Terrassa en Espagne.

 

UNE QUESTION UNE DEMANDE ?
Contactez-nous !

Les champs marqués d'un * sont requis.